dimanche, 22 novembre 2009

Cancer, le mot qui tue


Un examen médical devenu banal par sa répétition, un entretien de plus avec l'urologue et ...
il m'annonca doucement que j'étais atteint d'un cancer !


Ce fut un coup de tonnerre dans le ciel bleu du dernier quart d'une vie devenue tranquille, un coup de poing dans le bas ventre. Je parlais à la troisième personne, la première était sous le choc, désorientée. Une tactique de défense fut mise sur pied, des rendez-vous furent pris.


Je sortis de la polyclinique, le sol m'apparaissait instable, je n'avais plus trop chaud, l'air que je respirais me semblait plus épais, la lumière du jour était comme polarisée.
Je devais en parler, à ma femme. Je lui téléphonai et prononcai le "mot". Il devint alors réel, palpable. Il était en moi, il existait vraiment et devenait mon ennemi qu'il fallait extirper, anéantir.


Ce fut fait début de ce mois... j'espère qu'on a eu sa peau.